Loading ...

Comment être en contact avec la vraie langue parlée

Je ne vous apprends rien si je vous dis que je ne suis pas la plus grande fan de la façon d’apprendre les langues à l’école. Heureusement, il existe tout un tas de moyens de se détacher de la langue scolaire et d’apprendre la langue telle qu’elle est parlée.

1. Internet

La toile de l’internet mondial, c’est quand même bien simple quand on est un·e no-life comme moi et qu’on aime bien avoir des projets mais pas trop sortir de chez soi. Voici une liste non-exhaustive de ce qu’on peut y trouver pour être en contact avec la langue telle qu’elle est parlée. 

Lire aussi: Comment je me suis immergée dans l’anglais sans quitter la France

Les séries/films

Vous vous y attendiez, c’est devenu un classique. Pour ne rien vous cacher, mon niveau d’anglais a eu beau monter en flèche grâce à Bringing People Together, ce sont les séries et les films qui m’aident à l’entretenir. Il n’y a rien de tel pour être en contact avec la langue telle qu’elle est parlée, pas l’artéfact qu’on nous apprend à l’école le plus souvent.

Chaque série a un niveau et une façon de parler la langue qui lui est propre. Si vous voulez l’anglais brut populaire de l’Angleterre profonde, vous avez Peaky Blinders (série) ou The Full Monty (film), alors que si vous cherchez un anglais américain, tantôt plus soutenu et pointu tantôt plus commun, Big Bang Theory sera votre homme. On ne vous dévoile pas tout, mais ce n’est pas impossible qu’on sorte bientôt une liste détaillée des meilleures séries à regarder en langues étrangères 😉.

En règle générale, Netflix ou d’autres plates-formes de streaming regorgent de séries et de films en toutes les langues, je n’ai cité que des œuvres très connues, mais il y en a des centaines ! 

YouTube

Vous commencez à nous connaître : on ne pouvait pas ne pas en parler. On parle chaque semaine d’une nouvelle chaîne YouTube étrangère, mais vous pouvez en trouver des dizaines en quelques clics. Beaucoup de YouTubeurs parlent comme dans la vie, donc vous avez un contact direct avec la langue parlée. C’est gratuit, facile d’accès, et la variété de sujets est quasi-infinie. Qui a dit qu’apprendre une langue étrangère c’était compliqué ?

Lire aussi: DÉFI : une chaîne YouTube étrangère pendant un an

Les réseaux sociaux

On n’y pense pas assez, mais on peut trouver des petites perles sur Facebook, Twitter et autres Instagram. Par exemple, les pages de memes dans votre langue-cible (quelle qu’elle soit) sont sûrement légion, il vous suffit d’aller les chercher ! Les memes sont de purs produits de la langue parlée, ils sont donc des pièces de choix pour être en contact avec la facette moins scolaire d’une langue. (Pablo : « D’ailleurs, vous prononcez ça « mêmes » ou « mimz » ?)

Les sites et apps spécialisés

Il existe toute une flopée de sites et d’applications comme Conversation Exchange, Hellotalk ou Tandem pour chatter avec des locuteurs natifs de votre langue-cible. Il vous suffit d’installer l’app ou de vous créer un compte, et vous pouvez y aller. Rien à dire de plus, c’est simple comme Guten Tag. 

2. Le contact avec les gens

Alors oui, pour les gens comme moi qui n’aiment pas les gens inconnus, ça peut paraître difficile. Mais pour avoir franchi le pas, ça en vaut la chandelle. Entre atteindre votre objectif de parler une nouvelle langue ou rester dans le confort pour éviter un petit effort, je ne sais pas vous, mais pour moi le choix est instantané.

Les tables de conversation

Ça existe dans beaucoup de villes, notamment dans les universités. Pour les bruxellois, on a essayé celles de l’ULB, elles sont top. C’est gratuit la plupart du temps, et ça vous permet non-seulement de pratiquer votre langue-cible de manière régulière et ludique, mais aussi de rencontrer des personnes qui ont le même objectif que vous. Et on ne vantera jamais assez le pouvoir d’être plusieurs dans la réalisation d’un objectif.

Partir à l’étranger

Non, ça ne vous coûtera pas forcément cher ! Par exemple, si vous partez au pair dans une famille, vous serez immergé·e dans la langue parlée sans que ça vous coûte plus que le voyage. Même chose pour le Visa Vacances-Travail, mais Pablo aura l’occasion de vous en reparler… 😇 Si vous en avez l’occasion, l’Erasmus est aussi une excellente alternative (ça existe aussi pour les salariés. Si, si !)

Vos amis et vos connaissances

Avec les contacts entre pays et les gens qui voyagent, je suis presque sûre que vous avez au moins une connaissance qui parle votre langue-cible. Pourquoi ne pas lui demander d’être votre buddy ? Vous pouvez par exemple lui proposer un café, ou une discussion vidéo, ne serait-ce qu’une heure par semaine. Au bout d’un an, paf ! ça fait des chocapics 52 heures de pratique, soit l’équivalent d’une semaine d’immersion intensive de 8 heures par jour. C’est magique !

3. Divers

Il existe aussi d’autres manières d’être en contact avec la facette non-scolaire de votre langue-cible. En voici quelques-unes.

Les livres de cuisine

C’est un peu spécialisé, la cuisine touche à un registre de la langue qui ne s’apparente pas du tout à celui de l’école. Vous aurez l’occasion d’y apprendre toute une flopée de mots courants et utiles, des tournures de phrases ou encore des expressions. Par exemple, Dave et Steve de la chaîne The Happy Pear que nous avons analysée il y a quelques mois, en ont sorti trois. C’est un excellent exercice, surtout si vous cherchez des recettes originales, par exemple la cuisine traditionnelle d’un autre pays ! 

Lire aussi: APPRENDRE AVEC YOUTUBE #2 – The Happy Pear (chaîne en ANGLAIS)

Les bandes dessinées

S’il y a bien un type de littérature qui touche à la langue parlée, c’est bien la BD, il n’y a qu’à lire Les Indégivrables pour s’en rendre compte. Par exemple, Calvin et Hobbes (que ce soit en langue originale ou traduit) est très complet : il y a non-seulement de bons dialogues en langue courante, mais aussi de l’humour fin et de la philosophie. Et cela fonctionne aussi pour les mangas, évidemment ! L’avantage de la BD, c’est qu’il y en a pour tous les goûts, toutes les couleurs et toutes les humeurs


Et voilà ! Avec ça, vous êtes armé·e pour faire face aux armées de natif·ve·s qui vous attendent de pied ferme. Qu’est-ce que vous attendez pour partir dans le pays de vos rêves ? (« Les moyens, Inès, comme nous… »)

Lire aussi: Écrire une lettre de motivation en anglais en 7 étapes

Inès

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *